Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Histoire de course(s) : Renault F1 partie 2, l'avènement du V10 (1989-1994)

Publié le par Benjamin

Histoire de course(s) : Renault F1 partie 2, l'avènement du V10 (1989-1994)

Dans mon précédent article, je vous faisait part des débuts de Renault et par la même occasion, du moteur Turbo.

Mais la période la plus faste de Renault en F1 arrive un peu après. Retirée des grand prix fin 1986, la marque française revient en 1989. La nouveauté cette année là est le retour aux moteur atmosphériques. La cylindrée maximum est de 3,5L et le nombre de cylindres de 12 au maximum. La majorité des écuries se tournent vers le V8 ford, hormis quelques moteur V8 Judd, V12 Ferrari et Lamborghini. Mais deux motoriste se risquent à proposer des V10 : Honda, champion l'année précédente et Renault qui marque son retour.

Tandis que Honda équipe les Mc Laren, Renault noue un partenariat qui durera avec Williams. La n°5 est confiée au Belge Thierry Boutsen, la n°6 à l'expérimenté Patrese. Patrese signe le meilleur tour en course dés la première course au brésil. Boutsen marque les 3 points de la 4e place dés le second grand prix à Imola. Au Méxique pour la 4e manche, Patrese signe la 2e place à l'arrivée, puis réédite l'exploit au grand prix suivant à Phoenix, Boutsen est lui 6e.

A Montréal au grand prix suivant, c'est la consécration : Boutsen gagne devant Patrese. Patrese enchaîne sur une 3e place au grand prix de France et une 4e place en Allemagne, 2 GP plus tard. Ensuite Boutsen est 3e en Hongrie et 4e en Belgique, puis de nouveau 3e en Italie devant Patrese. 2 grand prix plus tard Patrese est 5e en Espagne puis au Japon, Patrese 2e devance Boutsen. Enfin en Australie, Boutsen l'emporte et Patrese est 3e.

Au championnat, Patrese est 3e, Boutsen 5e et Williams remporte la 2e place des constructeurs derrière les Mc Laren-Honda de Senna et Prost.

Histoire de course(s) : Renault F1 partie 2, l'avènement du V10 (1989-1994)

La même équipe est reconduite en 1990. Boutsen mène la FW13B à la 3e place dés le premier grand prix à Phoenix puis finit 5e au Brésil. Patrese ouvre son compteur avec une victoire à Imola au 3e gp. Boutsen est 4e à Monaco, 5e au Mexique, Patrese 6e en France, Boutsen 2e en Angleterre. En Allemagne Patrese 5e devance Boutsen 6e.

En Hongrie les Williams réalisent le doublé en qualification, Boutsen devant Patrese. Boutsen gagnera la course, Patrese 4e signe le meilleur tour en course. En Italise Patrese est 5e. En Espagne, Boutsen est 4e, Patrese 5e et ils inversent leur classement au Japon, Patrese signant le meilleur tour en course. Enfin en Australie, Boutsen 5e devance Patrese 6e.

Au championnat, Boutsen est 6e, Patrese 7e et Williams est 4e, se faisant doubler par Ferrari et Benetton.

Histoire de course(s) : Renault F1 partie 2, l'avènement du V10 (1989-1994)

Pour 1991, Boutsen est remplacé par Mansell sur la FW14. C'est également cette année là qu'un certain Adrian Newey est embauché par Williams pour concevoir la voiture sous l'oeil de Patrick Head.

Patrese ouvre le compteur de l'équipe au Brésil, la 2e course en finissant 2e (2e également en qualif) tandis que Mansell signe le meilleur tour en course. A la 4e course, à Monaco, c'est Mansell qui finit second. A Montreal Patrese part en pole devant son équipier et finit 3e, Mansell, 6e.

Au Méxique c'est la consécration, Patrese signe la pôle et la victoire devant Mansell qui signe le meilleur tour en course. Patrese signe encore la pole au gp suivant en France, mais doit se contenter de la 5e place quand Mansell gagne et signe le meilleur tour en course.

Chez lui en Grande Bretagne, Mansell ne laisse aucune miette, pole, victoire et meilleur tour en course. Mansell gagne également le grand prix suivant en Allemagne en partant de la pole. Patrese assure le doublé et le meilleur tour en course. En Hongrie, les Williams sont 2e et 3e mais en Belgique seul Patrese marque les points de la 5e place.

En Italie Mansell part 2e et gagne. Il signe le meilleur tour en course au Portugal mais est eclipsé par Patrese qui signe pole et victoire. En Espagne Mansell gagne, Patrese est 3e et signe le meilleur tour en course avant de rééditer sa 3e place au Japon. Enfin en Australie, Mansell est 2e, Patrese 5e.

Au final, Mansell est 2e championnat et Patrese 3e. Williams est 2e très proche des Mc Laren.

Histoire de course(s) : Renault F1 partie 2, l'avènement du V10 (1989-1994)

Pour 1992 les Williams Renault font peur. La même paire de pilote est reconduite.

Dés la premirèe course en Afrique du Sud, Mansell écrase tout, Pole, Victoire et Meilleur tour en course devant Patrese, 2e. Au Mexique, les Williams partent 1 et 2 et finissent aux mêmes places, Mansell devant Patrese. Même chose au Brésil où l'italien remporte en plus le meilleur tour en course. Patrese ne marque pas de points en Espagne mais Mansell signe un nouveau triplé.

Nouvelle parade à Imola, Mansell devant Patrese (meilleur tour en course) en qualif et à l'arrivée. A Monaco, Senna dans son jardin signe la première victoire d'une non-williams depuis le début de la saison. Mansell et Patrese partis 1 et 2 finissent 2 et 3, le britannique signant le meilleur tour en course. A Montreal les Williams passent au travers avant de se reprendre en France où Mansell signe un triplé devant Patrese, puis rééditer la même performance en Grande Bretagne.

En Allemagne, les Williams partent en première ligne, Mansell devant Patrese. Patrese abandonne avec le meilleur tour en course, Mansell gagne. En Hongrie, Patrese signe la pôle, Mansell finit 2e avec le meilleur tour en course. En Belgique Mansell part en pôle et finit deuxième devant Patrese. Le vainqueur gagne sa première course, c'est un certain Mickael Schumacher...

En Italie Mansell signe la pole et le meilleur tour en course mais abandonne. Patrese est 5e. Au Portugal, Mansell signe pole et victoire. Au Japon, Mansell signe pole et meilleur tour mais abandonne. Patrese, parti 2e, empoche la victoire. Enfin Mansell signe la pole en Australie mais aucune Williams n'est à l'arrivée.

Au championnat, Renault décroche son premier titre de motoriste. Williams avec 10 victoires et 15 poles en 16 grand prix est champion. Mansell, recordman de poles en une saison (14/16) est champion devant Patrese et Schumacher.

Histoire de course(s) : Renault F1 partie 2, l'avènement du V10 (1989-1994)

Cette année là, Renault motorise aussi Ligier. Comas finira 6e au Canada, 5e en France et 6e en Allemagne. Boutsen qui retrouve le V10 Renault finira la saison avec une 5e en Australie.

Histoire de course(s) : Renault F1 partie 2, l'avènement du V10 (1989-1994)

Pour 1993, les deux pilotes changent. Prost revien en F1 après une année de retraite et il est épaulé par Damon Hill, le fils de Graham, ancien champion du monde.

Le professeur signe Pole, Meilleur Tour et Victoire pour son retour en Afrique du Sud. Prost part en pole au Brésil mais abandonne. Hill est 2e. Au gp d'Europe, Prost part 1er devant Hill. Ils finissent 2e et 3e, le britannique devançant le français. A Imola Prost signe Pole, Meilleur tour et victoire. Déjà les Williams-Renault semblent imbattables.

Il enchaine par pole et victoire en Espagne. A Monaco, Prost part de la pole et finit 4e, Hill, finit lui 2e. Au Canada, Prost signe pole et victoire. Hill parti 2e finit 3e. A Magny-Cours, Hill décroche la pole devant Prost mais c'est le français qui coiffe son équipier sur la ligne (0.342s d'écart à l'arrivée !). En Grande Bretagne, Prost signe pole et victoire. Hill abandonne mais est crédité du meilleur tour en course.

En Allemagne Prost signe un nouveau doublé pole-victoire. En Hongrie, il signe polet et meilleur tour mais abandonne, laissant la victoire à Hill. En Belgique, Prost devance une nouvelle fois Hill. Le professeur signe le meilleur tour mais finit 3e, Hill l'emporte. En Italie, Prost part en pole, et abandonne. Hill signe meilleur tour et victoire.

Au Portugal, Hill part en pole devant Prost. Le britannique finit 3e avec le meilleur tour, le français le devance à la première place. Au Japon le triple champion du monde français signe la pole, le meilleur tour et la 2e place. Hill est 4e. Enfin en Australie Prost et Hill finissent 2e et 3e.

Au championnat, Prost est champion mais Hill est devancé par Senna. Williams est champion avec 2 fois plus de points que Mc Laren.

Histoire de course(s) : Renault F1 partie 2, l'avènement du V10 (1989-1994)

Cette année là, Ligier est toujouts motorisée par Renault. Les britanniques Brundle et Blundell sont au commandes des JS39. Dés le 1er gp, Blundell est 3e. Il finit 5e au Brésil avant de remonter sur la 3e marche du podium à Imola. Brundle est 6e à Monaco. Blundell signe un nouveau podium en Allemagne. Brundle est 5e en Hongrie et 6e au Portugal puis de nouveau 6e en Australie.

Au championnat, Brundle est 7e, Blundell 10e. Ligier est 5e.

Histoire de course(s) : Renault F1 partie 2, l'avènement du V10 (1989-1994)

Pour 1993, Prost parti en retraite, laisse la place à son meilleur rival, Senna.

Dés le premier gp il signe la pole mais abandonne. Hill est 2e. Pour le gp du Pacifique, idem Senna signe la pole mais aucune Williams ne marque de point.

Le troisième grand prix est à Imola. Senna signe la pole. Mais au 5e tour, un problème sur sa direction entraîne sa sortie de piste. Il meurt sur le coup, plongeant la Formule 1 dans un deuil extrème. A noter qu'il est le dernier mort en F1. Hill finit 6e du grand prix. Il devient également le leader de l'équipe. Il est par ailleurs le seul engagé à Monaco, mais ne finit pas.

En Espagne, Coulthard devient titulaire, Hill part 2e et gagne la course. Au Canada il est 2e, Coulthard 5e. En France, Hill signe pole et meilleur tour et finit 2e, Mansell aligné à la place de Coulthard abandonne. En Grande Bretagne, Hill signe pole, meilleur tour et victoire, Coulthard est 5e. En allemagne les Williams ne marquent pas de point mais Coulthard signe le meilleur tour en course.

En Hongrie, Hill est 2e. En Belgique, il signe meilleur tour et victoire, même chose en Italie où Coulthard est 6e. Au Portugal, Hill gagne devant Coulthard. Au GP d'Europe, Mansell abandonne et Hill est 2e. Il gagne au Japon, Mansell est 4e. Enfin en Australie, Schumacher sort de la piste et y revient pour harponner Hill qui abandonne. La victoire comme la pôle reviennent, à Mansell.

Aux championnat, Williams est champion. Hill grâce à la manoeuvre de Schmacher finit 2e à 1 petit point, Coulthard est 8e, Mansell 9e.

Histoire de course(s) : Renault F1 partie 2, l'avènement du V10 (1989-1994)

De son coté Ligier aligne deux Français, Panis et Bernard. Ils ouvrent les compteurs de l'équipe Française à Hockenheim où ils finissent 2e et 3e. Panis marque 3 points de plus en étant 6e en Hongrie et 5e en Australie.

Ligier est 6e du championnat, Paniss 11e, Bernard 18e.

Commenter cet article