Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Constructeurs lights - Partie 1 : Caterham

Publié le par Benjamin

Constructeurs lights - Partie 1 : Caterham

Depuis hier, le français de base a découvert Caterham. Ce petit constructeur anglais est en train de devenir un des acteurs incontournables des voitures sportives en Europe en prenant une participation dans la future Société des Automobiles Alpine. Mais qui est en réalité Caterham ?

Caterham est une marque depuis toujours liée à Lotus et plus particulièrement à la Seven.

C'est en 1948 que l'ingénieur de génie Colin Chapman conçoit l'ancêtre de la Seven. La Lotus. Cette voiture connaît plusieurs modèles de compétition avant qu'elle ne devienne une voiture de route en 1957 en devenant Lotus Seven.

Caterham Cars Services est fondée par Graham Nearn en 1959. Dés le debut des années 60 la marque devient un distributeur officiel Lotus, focalisé sur la Seven.

Constructeurs lights - Partie 1 : Caterham

La marque va prendre de plus en plus de place dans l'univers Seven. Caterham devient distributeur exclusif avant que Lotus ne confie même l'assemblage final des véhicules à Caterham.

Cela va même plus loin. En 1973 Lotus cède les outillages à Nearn. La conséquence est simple : la Lotus Seven n'existe plus, vive la Caterham Seven.

La voiture va subir de nombreuses évolutions sous l'ère Caterham. En 1974 le moteur Ford est remplacé par un Lotus à 2 ACT. En 1982, Caterham troque le pont arrière rigide de l'Escort MK1 contre celui de la MK2. En 1985, révolution, un pont De Dion remplace le pont arrière rigide.

Une nouvelle usine est créée en 1987 à Dartford.

Constructeurs lights - Partie 1 : Caterham

En 1991, un nouveau moteur est adopté, c'est le Rover K de 1,4L. En 1992 la marque remporte un record du monde, elle est la voiture la plus rapide en accélération de 0 à 96 km/h avec le modèle JPE en 3.46s. En 1994, une version plus performante se dote d'un moteur Opel de 165ch et en 1996 la marque est présente au salon de Paris et dévoile la K séries, plus confortable.

En 1999 une petite révolution arrive, une boîte 6 !

Constructeurs lights - Partie 1 : Caterham

En 2004, Caterham présente ses nouveaux modèles, la gamme CSR, équipée d'un moteur Cosworth de 2,3L. Le moteur présente 200 ch sur la CSR 200, pour un poids contenu de 575 kg.

En 2006, le moteur Rover n'est plus produit suite à la faillite du constructeur anglais. Caterham se tourne alors vers le moteur Ford Sigma. Un nouveau changement d emoteur intervient, mais sur les versions CSR cette fois quand en 2009 un Ford Duratec de 175ch remplace le Cosworth pour des raisons de fiabilité.

Constructeurs lights - Partie 1 : Caterham

Actuellement chez Caterham on trouve trois chassis. Le chassis dit S3 directement issu de la Lotus d'origine avec ses petites dimensions. Les chassis SV pour "spécial véhicle" adapté aux personnes de grandes tailles et enfin le chassis CSR avec amortisseurs avant sous la carrosserie, une taille de chassis SV avec une rigidité et une sécurité acrue.

Actuellement la gamme Caterham (en France) comprend la Roadster disponible en chassis S3 ou Sv avec les moteurs Ford de 1,6L Sigma de 120 et 2L Duratec de 175 ch. La Superlight déscendante de la R300 avec le moteur sigma et de nombreuses pièces en carbone. La Superlight R300 avec le moteur Duratec et les mêmes éléments carbones que la Superlight de base. Enfin la CSR avec un chassis SV et le Duratec.

Constructeurs lights - Partie 1 : Caterham

Au niveau des propriétaires, la société est réstée au mains de la famille Nearn jusqu'en 2006 où elle est récupérée par un fond de pension américain.

En Avril 2011 c'est Tony Fernandes qui rachète la marque qui gagne en même temps une écurie de Formule 1. Cet homme d'affaire malais a fait fortune en créant la compagnie aérienne Malaysia Airlines. Fernandes avait lancé un projet de Formule 1 basé sur le nom Team Lotus. Au départ soutenue par Proton (actuel propriétaire de Lotus), l'aventure était devenue plus difficile quand la marque Lotus alors dirigée par Dany Bahar avait décidée de revenir en F1, via le sponsoring de l'ancienne écurie Renault. Il fallait donc que Tony Fernandes trouve un nouveau nom pour son écurie.

Commenter cet article